Colloque « Pour une histoire des puni· es dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles », Grenoble, 27 et 28 septembre 2018

Cette troisième rencontre s’inscrit dans un projet de recherche collectif intitulé « La micropénalité en institutions en Europe (XIXe – XXe siècles) : pour une histoire sociale comparée des institutions à l’époque contemporaine ». L’enjeu de ce projet est double. L’objet qui rassemble ces chercheurs est, à un premier niveau, l’étude des punitions ordinaires, soit l’ensemble des pratiques quotidiennes ou exceptionnelles, réglementées ou non, produites dans le cadre d’une institution pour sanctionner les comportements estimés non conformes. Mais il adopte aussi une perspective comparatiste centrale pour interroger les continuités et les permanences qui traversent l’ensemble des institutions disciplinaires contemporaines en Europe (asile psychiatrique, caserne, couvent, école, hôpital, maisons de redressement, maison de retraite, prison, usine). Ainsi, en pensant ensemble des institutions étudiées jusque-là indépendamment les unes des autres, l’étude du phénomène micropunitif a pour ambition de dépasser une histoire des institutions écrite en fonction de la finalité de chacune, à mettre en résonnance des régimes politiques aux idéologies divergentes, à penser le temps long de l’histoire des populations prises en charge temporairement ou à titre définitif par une institution.

Le colloque organisé à Grenoble en septembre 2018 sera donc consacré aux femmes et aux hommes puni.es. Il prolonge la réflexion collective autour des interactions punitives entamée en décembre dernier à partir de l’étude du pouvoir des administrations. Des logiques institutionnelles qui justifient, formulent, discutent, établissent les assises théoriques et les formes pratiques qu’empruntent les punitions du quotidien, nous passerons à l’étude de ceux qui les éprouvent. Il s’agira donc cette fois-ci de s’interroger sur les effets biographiques, économiques, physiques, relationnels et émotionnels du pouvoir punitif. Malgré l’apparente binarité entre des administrations qui punissent et des populations instituées qui sont punies, c’est toute la complexité de l’expérience punitive qui sera ici interrogée. La question posée peut néanmoins se résumer simplement : qui est puni.e dans les murs des institutions disciplinaires et que fait l’exercice de la discipline quotidiennement administrée à des soldats, des élèves, des malades, des délinquants, des criminels ? La visibilité très variable selon les institutions de la question punitive, son caractère assumé ou caché, le caractère extrêmement disparate des sources sur les populations en institution sont une chance pour cette rencontre qui entend mieux comprendre la fabrique quotidienne des puni.es de l’école à l’hospice. Ainsi nous invitons les participants à multiplier les angles de vue pour saisir les puni.es. En questionnant l’articulation entre le collectif et l’individuel et en faisant varier les échelles d’analyse, de l’étude des populations punies à celle des biographies personnelles, nous espérons donner à la comparaison des institutions disciplinaires de nouveaux objets.

Colloque organisé par l’Université Grenoble Alpes, le LARHRA et le Centre d’histoire du XIXe siècle. Il se déroulera salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères. Il est organisé par Elsa Génard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) & Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe (XIXe-XXe siècles).

PROGRAMME

Jeudi 27 septembre

Après-midi

  • 13h30 : Accueil des participant.es
  • 14h : Introduction par Elsa Génard, Amélie Nuq et Mathilde Rossigneux-Méheust

Sociographie des punis

Présidence & discussion : Jean Bérard (ENS Paris-Saclay-ISP)

  • 14h30 : Pierre Porcher (Paris-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle / CREHS) : « "Mauvaises recrues, non-valeurs et délinquants". Regards sur les lycéennes et les lycéens punis ou sanctionnés, de la réforme disciplinaire de 1890 à la Seconde Guerre mondiale »
  • 15h00 : Elsa Génard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) : « Tous puni.es ? Effets de seuils, effets de classement et typologie des détenu.es puni.es (France, fin XIXe-années 1930) »
  • 15h30 : Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA) : « Les punis renvoyés et fichés « indésirables » de Villers-Cotterêts entre 1956 et 1976. Analyse d’une population-limite en institution »
  • 16h00-17h15 : Discussion

Vendredi 28 septembre

  • 8h30h : Accueil des participant.es

Matinée
Vivre en puni.e
Présidence & discussion : Olivier Razac (Université Grenoble Alpes, PPL)

  • 9h00 : Solenn Huitric (ENS Lyon, LARHRA) : « La mutation comme indication des honneurs et des punitions : le vécu des chefs d’établissements secondaires (France métropolitaine, XIXe siècle) »
  • 9h30 : Mathieu Marly (Labex EHNE, IRHiS) : « Le drame ordinaire des punis. Perceptions et expériences de la punition dans les casernes françaises de la Belle Epoque »
  • 10h : Anatole Le Bras (Sciences Po, CHSP)  : « "On m’infligeait des punitions qui étaient un peu dures à supporter à cet âge…". De l’orphelinat à l’asile, autobiographie d’un puni »
  • 10h30  : Pause
  • 11h : Irène Gimenez (IEP Lyon, LARHRA), Fanny Le Bonhomme (Université de Poitiers, CRIHAM), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) : « La prise de parole des puni·e·s en sortie de dictature. Témoignages et enjeux méthodologiques »
  • 11h30 : Fanny Gallot (UPEC, CRHEC) : « Punies à l’usine dans les années 1968 : expériences de syndicalistes »
  • 12h-13h15 : Discussion
  • 13h15 : Déjeuner

Après-midi
Bagage punitif
Présidence & discussion : Paul Marquis (Sciences Po, CHSP)

  • 14h15 : Anne Jusseaume (Université d’Artois, CREHS)  : « De la dissimulation du bagage punitif à l’exclusion des sœurs : offrir une nouvelle chance et préserver la communauté »
  • 14h45 : Marie Derrien (Lille 3, IRHiS)  : « Les punis récidivistes dans l’armée française : un cas d’étude pour la psychiatrie militaire (1870-1918) »
  • 15h15 : Pause
  • 15h30 : Claire Barillé (Lille 3, IRHiS) : « Quand la punition pèse sur la carrière : regards sur des soignants de l’Assistance publique dans les années 1930 »
  • 16h : Nicolas Picard (Centre d’histoire du XIXe siècle) : « "Tu finiras sur l’échafaud" : la peine de mort, dernière étape d’une trajectoire punitive ? »
  • 16h30-17h30 : Discussion
  • 17h30 : Conclusions par Aurélien Lignereux (IEP Grenoble, LARHRA)

Le colloque se déroulera salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures, Université Grenoble Alpes, 1141 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères.

Il est organisé par Elsa Génard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle), Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) & Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA) dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe (XIXe-XXe siècles).

Pour plus d’informations : https://grid.hypotheses.org/