JOUBREL Henri (1914-1984)

Henri Joubrel est né à Vannes. En 1925, il entre dans le scoutisme, aux Éclaireurs de France. Élu premier secrétaire de la Conférence du stage des avocats, à la cour d’appel de Rennes (1934), il plaide des affaires de mineurs. En 1939, il est reçu docteur en droit, ainsi qu’à l’examen d’entrée dans la magistrature. Il sera magistrat jusqu’au 31 décembre 1941. À cette date, il abandonne volontairement ses fonctions. S’ouvre alors pour lui ce que l’on peut appeler une carrière sociale. Il s’intéresse notamment à l’expérience bretonne du centre de rééducation de Ker Goat, créé en 1940, et tenu par de jeunes chefs scouts, près de Dinan (Côtes-du-Nord) dont il tirera un ouvrage best-seller intitulé Ker-Goat où le salut des enfants perdus. En 1945, il réussi à se faire nommer commissaire national des Éclaireurs de France pour la sauvegarde de l’Enfance. Quinze années de suite (1945-1959), il va organiser à Paris le cycle des conférences du “Méridien”. Il réalise également annuellement, à partir de 1945, un stage national de perfectionnement destiné aux éducateurs spécialisés, mais aussi aux autres professions du social. C’est à l’occasion d’un de ces stages qu’est créée, sous son impulsion, l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés (ANEJI), dont il sera le délégué général jusqu’en 1961. La dimension internationale de son action commence en 1948, avec une rencontre franco-allemande sur « les problèmes de l’éducation des jeunes inadaptés ». Ces rencontres en Allemagne, élargies les années suivantes donnent naissance, en 1951, à l’Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés (AIEJI) dont il sera le président de novembre 1955 à avril 1978. Mais son principal cheval de bataille reste sa plume prolifique, qu’il exerce dans les journaux et périodiques de tous bords (L’Illustration, Informations sociales, Journal des Éclaireurs, L’Action laïque, Liaisons, Ouest-France, Rééducation, Sauvegarde, Tribune de l’Enfance…). Il participe par ailleurs à de très nombreuses émissions à la radio et à la télévision, véritable chantre de la défense des « jeunes en danger moral ». Il meurt le 27 avril 1983 à Saint-Malo.