Saint-Jodard

L’institution est à 20km de Roanne dans le département de la Loire.
Ce lieu fut jusqu’en 1905 un petit séminaire. Après la guerre de 1914-1918, il reçut des tuberculeux victimes de la guerre. A partir de 1938, il reçoit des réfugiés de la guerre d’Espagne.
C’est en 1942 que le service de l’Education Surveillée dépendant de l’Administration Pénitentiaire devient propriétaire du bâtiment. Une IPES, pour les mineurs y est ouverte en 1944.
Au lendemain de la guerre, l’établissement s’inscrit pleinement dans les orientations éducatives de la toute nouvelle direction de l’Education Surveillée créée le 1ier septembre 1945. L’effectif des jeunes placés par les juges des enfants sera environ de 150 élèves, de 14 à 18 ans. Ce placement en vue d’une « rééducation » et d’une formation professionnelle dure environ 3 ans.
La pédagogie est très centrée sur la vie de groupe animée par des éducateurs. En 1952, ces groupes d’environ 18 à 28 jeunes s’appellent « Cadet », « Compagnons », « Preux et Goumiers », « Routiers et Eclaireurs », « Trappeurs ». Jusqu’au début des années 1950 certains groupes se réfèrent au scoutisme.
La majorité des jeunes préparent des CAP (mécanique, forge, serrurerie, plomberie, menuiserie, maçonnerie, peinture, cordonnerie). Ceux qui ont des chances de réussir un CAP sont employés aux service généraux ou au maraîchage. En 1971, l’IPES devient un internat de formation scolaire et professionnelle pour des garçons de 14 à 16 ans.
En 1983, l’internat de Saint Jodard transfère son unité d’hébergement et son centre d’activité de jour à Roanne. L’institution n’est plus que le siège de la direction départementale de l’Education Surveillée du département de la Loire.
Texte  : Jacques Bourquin