Lettres à un travailleur social - Fernand Deligny

Après les Œuvres, L’Arachnéen et autres textes, La septième face du dé, et Cartes et lignes d’erre, les éditions L’Arachnéen annoncent la parution d’un nouveau livre de Fernand Deligny :

Lettres à un travailleur social
Parution le 19 janvier
192 pages

avec une postface de Pierre Macherey

16 euros

Fernand Deligny écrit Lettres à un travailleur social en 1984-1985. Avec le temps, il s’est éloigné des travailleurs sociaux. Ceux-ci lui reprochent son écriture « hermétique » et voudraient le voir renouer avec l’esprit militant des aphorismes de Graine de crapule (1945). Deligny répond sans répondre. S’adressant à un « travailleur social quel qu’il soit », c’est précisément dans cette langue « en tant qu’outil » qu’il veut persuader les travailleurs sociaux de penser leur tâche. Sa proposition est politique : il pointe les risques d’une liberté indexée sur l’individualisme, et d’une psychologie organisée autour de l’hypostase du « sujet absolu » et de la « conscience de soi ». Dans des pages que ne renieraient pas les critiques actuelles les plus radicales sur l’école, il met en garde contre les formes de « l’apprendre » qui négligent les « faits hérétiques », les faits « chiendent », ceux qui résistent à la « sélection ». Il suggère de respecter le hasard et le « tacite ». Il interroge un « commun coutumier », indissociable de la pratique qui consiste à « asiler » l’humain…