BIANQUIS Pierre (1893-1977)

Médecin d’origine cévenole, Pierre Bianquis s’inscrit dans la mouvance du protestantisme social. Engagé volontaire durant la première guerre mondiale dont il revient gravement blessé, il soutient en 1922 sa thèse sur un mode de traitement de la syphilis et commence sa carrière administrative comme inspecteur d’Hygiène. Directeur régional de la Santé et de l’Assistance à Rennes pendant la Seconde guerre mondiale, il crée sous le nom de Fédération bretonne de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, une des premières ARSEA (Associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence) où se retrouvent magistrats spécialisés, éducateurs, médecins et assistantes sociales. Il s’engage parallèlement dans la Résistance, ce qui lui vaudra une huitième citation à la Libération.
Après 1945, il quitte son poste en Bretagne et est envoyé en tant que médecin militaire d’un camp près de Hambourg. Réhabilité, il est nommé inspecteur divisionnaire de la Santé et directeur départemental de la Santé de la Seine inférieure. Il prend la présidence de l’ARSEA de Rouen constituée en janvier 1947 et est élu la même année maire de la commune de Banville dans le Calvados. En 1963, il crée près de Caen, au Mesnil de Louvigny, l’Institut Henri-Wallon, centre de formation d’éducateurs spécialisés qui sera transféré à Canteleu en 1968. Au niveau national, il occupe l’une des vice-présidences de l’UNAR (Union nationale des ARSEA) puis du CTNEAI (Centre technique national pour l’enfance et l’adolescence inadaptées). Nommé inspecteur général de la Santé, il exerce dans les années 1950 les fonctions de conseiller technique auprès du Pr Aujaleu, directeur général à la Santé.

Il se consacre à de nombreuses associations, notamment l’Association nationale de réadaptation sociale impulsée par le ministère de la Santé pour la prévention de la prostitution chez les jeunes. À Montrouge, il joue un grand rôle dans la transformation en 1960 de l’ancienne école d’infirmières laïques en Institut de service social. Il en prend la présidence à partir de 1956 jusqu’à sa mort 25 ans plus tard. Il dirige également le bureau municipal d’hygiène de Montrouge.
Pierre Bianquis est décoré de la croix de commandeur de la Légion d’honneur.
Texte : Sylvain Cid.

Source illustration : Emmanuel Rain, In memoriam. Dr Pierre Bianquis. Président du Conseil de Fondation (1893-1981), allocution prononcée lors de la séance du Conseil de Fondation de l’ITSRS de Montrouge du 10 décembre 1981, Montrouge, 1981, [12 p.].