Exposition de « Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants » à la Maison des Métallos, du 30 janvier au 18 février 2018

La Maison des Métallos recevra du 30 janvier au 18 février l’exposition Mauvaise graine. Deux siècles d’histoire de la justice des enfants. Durant ces 3 semaines, vous pourrez également assister à des rencontres organisées autour de cet événement : projection du film Les Quatre cents coups, lecture-rencontre avec les comédiens du Théâtre du Fil, ou encore rencontre avec le comité de rédaction "Le papotin", journal journal atypique fait par des autistes à destination de tous.

Pour plus d’informations, cliquez ici.

« Mauvaises graines », « vauriens », « voyous », « apaches », « sauvageons », « blousons noirs », « racailles » : les mots changent mais la stigmatisation perdure pour qualifier les enfants des classes laborieuses lorsqu’ils croisent le chemin des tribunaux. Véronique Blanchard et Mathias Gardet présentent avec cette exposition Mauvaise Graine le premier panorama de la justice des mineurs sur deux siècles, en replaçant dans leur contexte les rapports que la société française a entretenus avec sa jeunesse. Exhumant, comme au centre d’exposition « Enfants en justice » (Savigny-sur-Orge), des archives judiciaires ou médicales les écrits d’enfants placés, de juges, d’éducateurs ou de médecins, ils restituent ainsi les enjeux contradictoires d’un débat loin d’être clos : éduquer ou punir ? Les photographies des lieux d’enfermement et de redressement inaugurés au xixe siècle - prison pour enfants, maisons de correction, colonies pénitentiaires - ou celles des centres d’observation d’après-guerre sont peuplées de regards bouleversants et rappellent combien cette histoire est sensible. Les auteurs respectifs de Mauvaises filles et d’Histoire d’une jeunesse en marge contribuent ici avec leur regard d’historiens à nourrir un débat de société toujours actuel sur le mal être et la délinquance des jeunes. Cette exposition, conçue à partir de l’ouvrage Mauvaise Graine paru aux éditions Textuel (2017), incarne la destinée de milliers de filles et de garçons disparus dans l’épaisseur et la poussière des dossiers. Il était grand temps de les mettre en lumière.

30 janvier → 4 février
mardi 30 janvier 14h → 22h
mercredi, jeudi, vendredi 14h → 20h
samedi et dimanche 14h → 19h
7 → 18 février
mercredi et vendredi 17h → 20h
jeudi 17h → 19h
samedi et dimanche 14h → 19h
entrée libre