A l’époque de la colonie pénitentiaire, les heures de récréation quotidiennes sont limitées à une demie heure après chaque repas, pour 10 h de travail, une heure d’exercices et manoeuvres et une heure de classe en été, huit heures de travail et quatre heures de classe en hiver. Le dimanche, les colons ont droit à quelques heures de récréation et de promenades simples ou militaires, en dehors de la messe et des vêpres. Les photographies d’Henri Manuel vers 1930 montrent les pupilles de la Maison d’Education surveillée de Saint-Maurice jouant dans la cour ou au stade à différents jeux de ballon. Après la réforme de Saint-Maurice, les jeux sportifs seront particulièrement valorisés et apparaîtront comme un moyen à la fois d’observer et « traiter » les mineurs. Le journal Espère de la république de Saint-Maurice, largement diffusé à l’échelon local, se fera l’écho des exploits sportifs des jeunes de l’Ecole professionnelle dans les championnats départementaux.

Texte : Sylvain Cid

Source : carte postale

Crédit : droits réservés