Trombinoscope

À la différence des initiatives de type dictionnaire, dont une des plus connues est celle du dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social initié par Jean Maitron, le trombinoscope, comme la définition l’indique, se veut être un « opuscule contenant le portrait, la photographie des membres d’une assemblée, d’un comité, d’une grande école… ». Il ne cherche donc pas à susciter la rédaction de fiches synthétiques standard sur des personnalités marquantes d’un champ donné, mais plutôt à rassembler les différentes informations existantes sur des personnages du secteur médico-social aujourd’hui disparus, qu’ils soient administrateurs, éducateurs, experts, magistrats, anciens pensionnaires ou philanthropes. Outre les quelques dates repères fournies pour chacun des noms proposés, les documents réunis peuvent être aussi bien des hommages, curriculums, discours, témoignages, autobiographies, bibliographies… Le tout forme une collection d’écrits et d’images à compléter ou chacun peut puiser selon l’information recherchée. Un code couleur permet d’identifier quelques grandes catégories d’appartenance : les hommes du droit, les hommes de science, les travailleurs sociaux…

Source illustration : (de haut en bas et de gauche à droite) Portraits de Albertine Sarrazin, Henri Rollet, Alexis Danan et Cécile Brunschwicg.
Texte : Véronique Blanchard, Mathias Gardet.