Accueil > Portail > Thèmes > Monographies d’établissements > Aniane > « De la correction à l’éducation... » (J. Bourquin, 2007)

« De la correction à l’éducation... » (J. Bourquin, 2007)

Jusqu’au milieu de notre siècle, bien des enfants, qui ne le méritaient guère, entendaient cette menace : « Si tu n’es pas sage, tu iras en maison de correction. » Une sorte de croque-mitaine institutionnel : Mettray, Belle-Île-en-Mer, Saint-Hilaire, Saint-Maurice, Aniane… Dans les années 1920, on qualifiait ces maisons de « bagnes » d’enfants, elles ne commencèrent à disparaître qu’à la veille de la dernière guerre.
« Si tu n’es pas sage, tu iras à Aniane ! » Après une longue histoire religieuse, puis une courte histoire industrielle qui se termine en 1843, débute une période pénitentiaire pour majeurs, puis pour mineurs à partir de 1885.
Il faudra attendre 1945, voire 1953, pour que l’institution d’Aniane, indépendante de l’Administration pénitentiaire, s’inscrive dans une voie plus éducative.

Jacques Bourquin, « De la correction à l’éducation », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série | 2007, 219-258.

http://rhei.revues.org/index3020.html

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0