FERRY Gilles (1917-2007)

Né à Paris en 1917 au sein d’une famille de la bourgeoisie catholique aisée et cultivée, Gilles Ferry s’intéresse aux équipes sociales fondées par Robert Garric, aux mouvements des Croix de Feu dans les années 1930. Engagé dans le scoutisme, il poursuit des études de philosophie et entre aux chasseurs alpins quand la guerre éclate. En automne 1940, après la défaite et un bref temps de captivité, il entre à la compagnie des comédiens routiers, entraîné par Olivier Hussenot en lien avec le scoutisme. La compagnie, installée à Uriage, intervient dans l’Ecole des Cadres de la jeunesse qui vient d’être créée par un jeune officier Pierre Dunoyer de Segonzac, dans la mouvance du gouvernement de Vichy.
A l’été 1941, Gilles Ferry devient instructeur à l’Ecole des Cadres. A partir de 1942, l’Ecole d’Uriage se rapproche des mouvements de résistance qui sont en train de naître et finit par être dissoute par le gouvernement de Vichy.
Gilles Ferry devient alors un membre actif de la résistance en faisant le lien entre les membres de l’ancienne équipe d’Uriage et les mouvements de résistance de la région de Grenoble où il occupe, à l’été 1944, les fonctions de délégué militaire régional et participe à la formation des jeunes des forces françaises de l’intérieur (FFI).

Professeur de philosophie dans plusieurs lycées parisiens mais aussi aux Écoles Normales d’Arras et de Rouen, il participe à la formation des instituteurs spécialisés de l’École de Beaumont.
Fin 1945, Gilles Ferry est avec 2 anciens d’Uriage, Joffre Dumazedier et Bénigno Caceres, un des fondateurs du mouvement d’éducation populaire « Peuple et Culture », novateur en terme de formation des adultes et promouvant la synthèse des expressions socioculturelles dans la société. Il y rencontre au début des années 1950, Henri Michard qui vient de créer le Centre de Formation et d’Etudes de l’Education Surveillée à Vaucresson, où il intervient à partir des années 1957 aux côtés de Joffre Dumazedier et Bénigno Caceres. La référence à l’éducation populaire et à « Peuple et Culture » est importante dans le projet de formation des premiers éducateurs de l’Éducation Surveillée. Il s’agit de trouver pour eux et avec eux de nouvelles pratiques, de nouvelles conduites auprès des jeunes délinquants ,un projet qui s’inscrit dans une articulation entre les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être. En lien avec Jean Maisonneuve, Jacques Selosse, Joseph Villier, Gilles Ferry introduit, dans le cadre de la formation permanente des éducateurs, une démarche centrée sur les groupes restreints, la dynamique de groupe, inspirée des travaux de Moreno. Gilles Ferry sera jusqu’à la fin des années 1970 une des figures dominantes de cette formation.
Enfin, docteur d’Etat en psychologie, Gilles Ferry introduit également les les Sciences de l’éducation à l’Université Paris X (Nanterre) où il enseigne de 1965 à 1982.

Texte : Jacques Bouquin