Montigny-sur-Vingeanne

Le centre de rééducation de Montigny sur Vingeanne ouvre ses portes dans un ancien couvent des Ursulines le 2 août 1948 pour accueillir des garçons « délinquants » (anciens miliciens, trafiquants, …). Il est géré par l’ARSEA (Association régionale de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence) et fonctionne sur le principe de l’internat sous la direction d’un jeune éducateur formé à l’école de cadres de Montesson, Pierre Lalire. Des ateliers sont mis en place (maçonnerie, soudure, menuiserie, …) et un enseignement général est dispensé. En 1955, les garçons mécontents de l’éloignement de l’établissement et de leurs conditions de vie provoquent une révolte et le centre déménagera à Velars-sur-Ouche en juillet 1964. Devenu « Centre d’éducation scolaire et professionnelle », il passe alors sous la gestion du CRBEAI (Centre régional de Bourgogne pour l’enfance et l’adolescence inadaptées) puis, en 1985, de l’Acodege. Il accueille désormais des mineurs confiés par des juges des enfants ou des services de l’Action sociale et éducative. Il est restructuré en 1994 pour devenir l’Institut polyvalent d’actions éducatives, scolaires et professionnelles, puis "Le Sas", un dispositif de remédiation éducative qui accueille des jeunes âgés de 11 à 18 ans relevant de la protection de l’enfance. Des associations amicales se sont créées comme l’« Amicale de Velars sur Ouche » et « Les amis des centres de la sauvegarde de l’enfance », issue de l’association « Les amis du Centre d’Observation de Dijon-Chenôve », qui deviendra en 1972 l’association « Les amis des jeunes des centres de Chenôve et de Velars-sur-Ouche » puis « Les Amis du centre de Velars-sur-Ouche ».

Texte : CNAHES