Logo Enfants en justice
Visite Portail
Logo Ministère de la justice
Visite Portail

Parution de « Cloîtrées. Filles et religieuses dans les internats de rééducation du Bon-Pasteur d’Angers, 1940-1990 », PUR, 2024.

Fruit des travaux de quatre historien.es spécialistes de la jeunesse (en justice, vulnérable, en migration) et d’histoire religieuse, cet ouvrage se propose de rendre compte de l’institution majeure que représente la congrégation du Bon-Pasteur d’Angers. En effet, depuis 1839, cette dernière prend en charge les jeunes filles des classes populaires considérées comme dangereuses ou « incorrigibles ». Elle occupe rapidement une position de quasi-monopole dans la rééducation des filles jusqu’aux années 1960. Par la voie de la justice, l’État, même devenu républicain et laïc, délègue aux congrégations religieuses le soin de corriger les « mauvaises filles », afin de leur permettre « de contracter des habitudes d’ordre et de travail propres à les ramener à la vertu ». Ainsi, 8 000 enfants sont passées entre les murs du couvent de la seule maison-mère d’Angers entre 1940 et 1991, date de sa fermeture. Contestées de toutes parts au tournant des « années 68 », y compris par les jeunes elles-mêmes, ces institutions entrent en crise pour mourir à petit feu. Un modèle moral, éducatif et économique a vécu, sans être à même de se réformer à travers le temps et marquant de son empreinte la vie de dizaines de milliers de jeunes filles.

Lien éditeur