Source : Sauvegarde de l’enfance, n°2-3, février-mars 1951