Suite au camp de La Croix Saint-Ouen du 30 juillet au 6 août 1921, réunissant les chefs des 3 grandes associations de Scoutisme Français de l’époque (EDF, EUF et SDF), les chefs des Scouts de France (sous l’impulsion du père Sevin) comprennent l’importance de la formation et décident de se mettre à la recherche de leur propre centre de formation. Ces derniers cherchent un lieu central en France, proche de Paris. Grâce aux relations du Chanoine Cornette (aumônier général), Mme André Thome, propriétaire du château de Chamarande et de son parc de 92 hectares, autorise les Scouts de France à utiliser son domaine pour le premier Camp National de 1922. Le père Sevin rentré de Gilwell Park avec son diplôme de Deputy Camp Chief (DCC) lui permettant d’encadrer des Camp-Écoles de chefs éclaireurs, tient le premier Camp-Ecole SDF de Chamarande à Pâques 1923. Ce n’est que le premier d’une longue lignée : formations pour chefs éclaireurs, cheftaines et chefs louveteaux, commissaires et aumôniers se succèdent jusqu’à la guerre. Pendant la guerre, dès 1940, le château et le parc sont investis par les forces allemandes. Les Scouts de France ne retrouvent leur camp-école qu’en 1947. En 1948, Mme Thome décède et les héritiers ne tiennent plus à laisser les Scouts de France utiliser la propriété, l’ensemble du domaine sera vendu. Lors de l’Assemblée générale de 1951, tenue à Chamarande, il est décidé d’acheter un camp national afin de remplacer Chamarande : ce sera Jambville. De nombreux éducateurs ou futurs éducateurs y auront fait leurs premières armes, comme c’est la cas de Jacques Gauneau, éducateur en Algérie puis premier permanent de l’Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés.

Texte : inspiré de la notice dans Scoutopedia

Source : fonds privé Jacques Gauneau