Savigny-sur-Orge (COPES)

Le COPES de Savigny-sur-Orge (Ferme Champagne) est un des premiers établissements gérés par la toute nouvelle direction de l’Éducation surveillée. Centre d’Observation, il ouvre ses portes en juillet 1945 et accueille des jeunes garçons de 13 à 20 ans, pour une durée de trois mois (en moyenne), avant décision définitive du juge des enfants. Seul établissement de ce type à proximité de Paris, il est rapidement en sureffectif avec une capacité maximale d’accueil toujours dépassée. Même si l’effectif passe progressivement de 120 à 160 puis à 180, le centre doit continuellement improviser pour loger parfois jusqu’à 210 jeunes.
Le placement des mineurs s’effectue par un juge des enfants en vertu de l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante.
Le fonctionnement du Centre d’Observation repose sur une conception servant un double objectif : éviter le séjour des mineurs en prison et donner aux magistrats un « éclairage » sur leur personnalité ainsi qu’une indication d’orientation éducative et professionnelle.
L’observation à la Ferme Champagne s’étale sur une moyenne d’environ dix semaines et s’effectue en deux périodes distinctes. Elle débute au groupe d’accueil (5 à 15 jours) et se poursuit au groupe d’observation (pavillon auquel le jeune est affecté). La première observation au groupe d’accueil n’est pas une observation pour le juge mais elle la prépare. Il s’agit dans cette période courte de mener les premières investigations sur la personnalité du mineur, d’évaluer ses aptitudes physiques et intellectuelles, de dépister des maladies, troubles nerveux ou mentaux. Cette première observation conduit à l’orientation du jeune vers un pavillon correspondant aux nécessités de sa prise en charge (8 pavillons au total). Commence alors l’observation directe dans le groupe, « méthode qui consiste à recueillir au jour le jour, sur le mineur, des faits, gestes et attitudes dûment circonstanciés dont l’interprétation renseigne sur ses dispositions, tendances ou besoins » et qui fait l’objet de fiches journalières. Cette deuxième observation s’exerce à tous les moments de la vie du mineur : au pavillon, en éducation physique, en classe, en activités dirigées ou en atelier. Toutes les conclusions des divers postes d’observation (éducateurs, psychologues, professeurs d’ateliers…) produisent « le rapport d’observation qui est en définitive, l’objet essentiel du Centre d’observation » à destination du juge des enfants et de l’administration centrale.
A la veille de 1968, les mineurs relevant de l’ordonnance de 1958 sont en forte augmentation. Nouvelle génération contestant l’ordre établi, ces jeunes n’adhèrent pas à Savigny et fuguent massivement. Quant aux équipes éducatives, elles revendiquent de plus en plus fort la primauté de l’éducation sur l’observation.
En 1970, l’administration décide la création d’un centre d’observation fermé, qu’elle implante sur le plateau de Champagne sur la commune de Juvisy (COPES de Juvisy sur Orge). Les effectifs de Savigny baissent alors considérablement. L’observation prend fin en 1972 et l’établissement est transformé en 1976 en service d’hébergement plus classique pour une prise en charge plus longue (ISES).
Texte : Danièle Brière